Opportunités à saisirCheminée Louis Malard

Je me permets de vous dévoiler un bijou provenant d’un manoir datant de la seconde moitié du XIXème siècle, édifié par un architecte d’origine italienne, Edmond Talpone et situé en région parisienne. (Collection particulière)

Une jolie pièce non estampillée, récemment étudiée dans le cadre d’une “expertise et estimation” a enfin livré ses secrets. Cette cheminée bien conservée a été présentée à « l’Exposition des Arts Décoratifs » au Palais de l’Industrie en 1888 à Paris, qui s’est déroulée du 25/07 au 25/11/1888, plus précisément dans la Section 2 -Groupe 12 : mobilier et accessoires (Un article dans le Figaro en date d’octobre de 1888 écrit par le Journaliste de l’époque, Gaston Davenay nous relate son parcours de cette exposition dont les Arts Décoratifs, notamment, ” la Maison Malard et ses cheminées Néo-renaissance […] “). Elle est effectivement l’œuvre de l’artiste Louis Malard qui est également à l’origine d’une chambre Néo-égyptienne présentée l’année dernière “en salle des ventes à Drouot” et qui fut l’objet de l’Exposition Universelle de 1889 au Champs de Mars, avec comme récompense une médaille d’argent décernée par le jury. Sur le plan de la description de cette œuvre on y voit effectivement une cheminée imposante, en noyer finement sculpté en haut relief au niveau du panneau central, où est représenté une joute sous les yeux des spectateurs où l’on devine vraisemblablement la famille royale et la noblesse. A noter également des sculptures de fantassins en position debout en ronde-bosse au niveau des jambages, tout comme les statues de cavaliers revêtues d’une armure, d’une lance et d’un bouclier, placées dans des niches concaves ornées de coquilles godronnées. Son élévation totale est de 3,50 mètres de hauteur, sans oublier sa corniche d’origine qui n’avait pas été placée dans ce manoir au 19ème siècle à cause de la hauteur de sous-plafond.

Cheminée Louis Malard

Pour l’histoire, cet ensemble salon dont cette œuvre, provient de l’ancienne collection de Charles Henri Duquesne au 19ème siècle, Avocat et Directeur desmines de Douai, descendant d’Abraham Duquesne (1610-1688), Officier de la marine de guerre sous Louis XIV et actuellement collection privée parisienne par transmission (les descendants).